Musee Palais de Topkapi

3/27/2019
Le Sérail (palais) de Topkapi était la résidence des sultans avant la construction du palais de Dolmabahçe. Bâtit sur l’acropole de l’antique Byzance, le site domine à la fois la ville, le Bosphore et la Corne d’Or, à l’extrême pointe de la péninsule de Stamboul. Ce palais, constitué d’un ensemble de pavillons disséminés dans des jardins était une vraie ville, avec harem, mosquées, bibliothèques, services extérieurs, etc., le tout entouré de hauts murs flanqués de tours de surveillance. Le sérail est aujourd’hui un musée, célèbre pour ses trésors, témoignages d’un passé somptueux.
Alemdar Mah. Ouvert de 09h30 à 17h00, sauf le mardi. Fermeture des guichets à 16h00. Guichets séparés pour le harem qui est ouvert entre 10h00 et 12h00 et 13h00 et 16h00, (visites guidées en anglais aproximatif obligatoires). Attention : Seule une vingtaine de pièces du harem sont visibles sur les 400. Certains pavillons ne sont pas accessibles au public comme toute la partie est des jardins qui est en zone militaire. Compter 3 heures de visite avec le harem, mais sans les jardins et le musée Archéologique. Visite guidée du palais ici.

La disposition des lieux et leur appellation même sont conçues pour inspirer au visiteur la vénération des sultans. On quitte la place du Divan, première cour réservée aux membres du gouvernement, par la porte des Morts, allusion peu discrète à la toute-puissance du souverain, qui avait droit de vie et de mort sur ses sujets, ministres compris.

Ce pouvoir se confirme dans la cour suivante, la cour des Hallebardiers, où des hommes de main se tenaient prêts à exécuter toutes les décisions de leur maître. Au contraire, la porte de la Félicité donne accès à la cour autour de laquelle étaient disposés les appartements privés du souverain et ses locaux de fonction : salle d'audience, archives et trésor.

Au-delà, une quatrième cour, formée de jardins en terrasses, offre des vues admirables sur le Bosphore et la Corne d'Or. Enfin, bordant les deux cours privées du sérail, s'étend le harem, auquel on ne pouvait accéder que par une seule porte, donnant sur les appartements du souverain. Du XVIIe au XVIIIe siècle, des sultans incapables préfèrent les plaisirs du harem et les fêtes somptueuses aux lourdes tâches de l'Etat. Les grands vizirs et les sultanes-mères (valide), gouvernent en sous-main, mais l'armée veille, n'hésitant pas à recourir à la manière forte en cas de désaccord.

Seule une toute petite partie du harem se visite au pas de course de nos jours. Inutile donc de patienter des heures pour une visite guidée en anglais et en turc, (les autres, tant pis pour eux !), encadré par des gardiens pressés d'en finir et qui laissera de toute façon sur sa faim celui qui n'aurait pas lu ces lignes. En regardant les murs extérieurs du harem, imaginez simplement cette ville de femmes au temps de sa splendeur.

Roxelane fut certainement la plus rusée, d'entre les favorites qui peuplèrent le gynécée qui se trouvait en son temps, dans le vieux palais du côté de Beyazit. Elle parvint à mettre à ses pieds Soliman-le-Magnifique, alors au plus haut de sa gloire. Durant toute sa vie (1505 –1559), elle ne cessera de tisser les pires intrigues et de tremper dans les plus sombres conspirations. Elle tenta d'assurer le trône à son fils Beyazit, voulant ainsi s'opposer à son autre fils Selim II. Vaincu, livré au sultan par le roi de Perse auprès duquel il s'était retiré, Beyazit fut étranglé.

Topkapi, c'est aussi et surtout une véritable caverne d'Ali Baba. Au fur et à mesure de la visite, on découvre une profusion de joyaux et d'objets précieux de toutes sortes, des manuscrits enluminés, dix mille miniatures, entourent le clou de la visite : le Trésor.

On y verra entre autres, le trône de Murat III, pesant près de 250 kg d'or pur ou le trône ovale, recouvert d'émaux verts et rouges enrichis d'une multitude d'émeraudes, de rubis, de perles. Plus loin : les vêtements de cérémonie des sultans, ruisselants d'or, de pierres précieuses et fines ou grosses comme le poing. Un autre exemple parmi tant d'autres, le diamant Pigot de 86 carats avec 58 facettes, qui occupe à lui seul une vitrine ou ce poignard oriental aux trois émeraudes, le « Kancar », star du scénario de « Topkapi », film de Jules Dassin. A voir aussi : un trône d'ébène, une armure enrichie de pierres précieuses, deux chandeliers d'or pesant chacun 48 kg et rehaussés de 6 666 diamants, des meubles somptueux, des tapisseries, des faïences, des vases de jade, une couverture en perles, un carquois enrichi de rubis et de saphirs, des encensoirs en or...

Une exposition présente de belles armes perses Séfévides (boucliers, cottes de mailles, épées, armures, sabres, etc.). Les cuisines renferment une riche et extraordinaire collection de porcelaines chinoises, parmi lesquelles des assiettes de céladon dont le vert, dit-on, change de couleur au contact d'aliments empoisonnés. Tout ceci nous donne une image à la fois cruelle et fastueuse des souverains de la Sublime Porte. Détruites par un incendie sous le règne de Selim II (1556-1574), les cuisines furent reconstruites par le célèbre architecte Sinan et toujours agrandies par la suite, en fonction des besoins. Au XVIe siècle, le personnel comprenait plus de 1100 employés, cuisiniers, tournebroches et pâtissiers, qui préparaient des mets et des entremets pour plus de 5 000 personnes en temps ordinaire, et plus de 10 000 lors des fêtes données dans le palais.

Enfin, Topkapi, c'est aussi un sanctuaire pour les croyants. Là, dans un coin du sérail aux murs recouverts de faïence du XVIIIe siècle, est pieusement conservé un manteau du Prophète et d'autres reliques lui ayant appartenu dont une dent et un poil de barbe, ses sabres de combat, deux épées en or, enrichies de pierres précieuses. Le moulage de la main du Prophète et des empreintes de ses pieds. On trouve aussi une main de saint Jean-Baptiste, qui était autrefois au monastère de Saint-Jean-de-Stoudion (Imrahor Camii) à Samatya.

Une visite du palais ne serait pas complète sans les jardins (voir parc de Gülhane), et les dépendences : musée Archéologique, l'ancienne église Sainte Irène (souvent fermée), les ruines des Manganes (pas très accessibles) et le fameux kiosque des Vanniers (Sepetçiler), qui est un restaurant / café très couru (et cher).



Se il vous plaît sentir libre part de vos commentaires et questions :

Se il vous plaît sentir libre part de vos commentaires et questions :

"Musee Palais de Topkapi" contenu lié à part sur ​​les médias sociaux;

WhatsApp Facebook Twitter Google+ LinkedIn Digg Pinterest Addthis